dimanche 23 novembre 2008

RTE nous doit tellement plus que l'électricité

En juin 2017, Mme M. souhaite inscrire son enfant à l'école maternelle de Chèvreville. A une question posée sur les risques pour son chérubin de la ligne THT toute proche de l'école, l'institutrice répond par des propos vraiment rassurants. Dix ans auparavant, la commune de Chèvreville s'était émue du passage de la ligne THT tout près du bourg et de son école. A tort car il n'y avait vraiment pas de quoi s'inquiéter. Jugez plutôt :

video

jeudi 20 novembre 2008

Le mal sournois fait réagir des agriculteurs bretons

Dans sa folle chevauchée de plus de 150 kms la ligne THT "visite" plusieurs départements et tente ainsi une incursion en Ille-et-Vilaine. Plusieurs exploitations sont ainsi menacées, et certains agriculteurs de ce département n'ont pas manqué de réagir au jugement rendu au profit d'un éleveur corrézien victime d'une ligne THT. Ils témoignent de leur inquiétude, mais aussi de l'espoir que suscite cette première défaite juridique de RTE dans ce reportage diffusé sur FRANCE 3 Bretagne.

video

mercredi 19 novembre 2008

Electricité - Un troupeau de vaches fait condamner RTE (TF1)

Première judiciaire en France, les problèmes de santé d'un cheptel situé à l'aplomb d'une ligne à très haute tension pourraient coûter près de 400.000 euros à la filiale d'EDF.Même si le dommage n'est pas prouvé scientifiquement, le juge a considéré que le faisceau de présomptions était suffisant pour condamner RTE ...
Article à lire sur tf1.fr et reportage dans le JT 20H de TF1 :


video

lundi 17 novembre 2008

Le jugement de Tulle redonne la foi aux anti-THT

(Ouest-France lundi 17 nov 2008)

Le projet de ligne à très haute tension a-t-il du plomb dans l'aile ? Pour le front anti-tht, la récente condamnation de RTE ouvre une brèche dans la bataille.

Le tribunal de grande instance de Tulle (Corrèze), vient de condamner RTE, gestionnaire des lignes électriques en France, à ... [lire la suite de l'article Ouest-France ici]




dimanche 16 novembre 2008

Grâce à la ligne THT, un parc de loisirs pour nos enfants

On ne comprenait vraiment pas pourquoi RTE s'entêtait à vouloir implanter ses pylônes si près des habitations et du bourg de Chèvreville. Maintenant on sait, ça ne fera pas loin du tout quand nos enfants iront jouer au futur parc de loisirs. Pourquoi n'avions-nous pas penser plus tôt à une telle évidence !


video

La lutte anti-THT confortée par le jugement de Tulle


La société RTE a été condamnée à verser 400 000 € à un éleveur corrézien dont l'exploitation est situéesous une ligne à très haute tension. La décision fait réagir.


Pour la première fois, un lien de cause à effet a été établi par un juge. Depuis une quinzaine d'années, dans l'exploitation des Marcouyoux, à Latronche (Corrèze), située sous une ligne à très haute tension, les vaches avortaient, les truies ne mettaient plus bas et les gorets mouraient.

Il y a quelques jours, le tribunal de grande instance de Tulle a établi un lien direct entre la présence de la ligne et les pathologies des animaux, et condamné RTE, l'entreprise chargée de la gestion des lignes électriques en France, à verser près de 400 000 € à une famille d'agriculteurs. Dans la Manche, ce jugement éclaire d'un nouveau jour le projet de ligne à très haute tension (THT) qui doit relier le futur EPR de Flamanville au Maine-et-Loire.

Pour Christophe Gosselin, représentant manchois du collectif interrégional contre la ligne THT. « Cette décision, c'est du pain béni. Nos arguments s'avèrent de plus en plus crédibles. Au-delà du montant, c'est la culpabilité de RTE qui compte pour nous. On travaille depuis deux ans et demi sur les risques liés aux champs électromagnétiques sur la santé humaine et la santé animale. Pour les animaux, ce jugement prouve qu'on a raison. Reste à le prouver pour la santé humaine. Dans notre région aussi, des éleveurs rencontrent des problèmes. Mais ils ne le crient pas sur tous les toits. Ils ont peur d'être montrés du doigt. C'est pourquoi on a beaucoup de difficulté à répertorier les cas. Ils essaient de le résoudre dans leur coin, avec RTE. Ce jugement va inciter certains à dévoiler au grand jour leurs problèmes. On devrait pouvoir rendre les conclusions de notre étude « Vivre avec une ligne à haute tension » d'ici deux mois. »
...
Pour Jean-Claude Bossard, maire du Chefresne, coordinateur interrégional des élus concernés par ligne THT Maine - Cotentin. « Le jugement de Tulle confirme ce que l'on craignait : plus on avance dans le temps, plus il s'avère que la ligne est dangereuse. L'arrêté pris par plus de la moitié des communes concernées, réclame que la loi soit respectée, c'est-à-dire, qu'une étude indépendante, dise si, oui ou non, il y a danger. Ceci dans le respect de la charte de l'environnement, inscrite dans la Constitution depuis 2005, et qui stipule que « chacun a le droit de vivre dans un environnement sain et équilibré, respectueux de la santé. » C'est la loi, et il n'y a pas d'exception à faire pour la THT. »
...
[Ouest-France - dimanche 16 nov 2008]

C'est une première victoire judiciaire : RTE condamné à verser près de 400000 € à des éleveurs

L'opposition au projet de ligne THT Cotentin Maine légitimée par une victoire judiciaire en Corrèze

Voilà une pierre de plus dans le jardin de RTE avec ce jugement rendu dans une affaire où des agriculteurs de Corrèze ont peu goûté les effets dévastateurs des champs électromagnétiques d'une ligne THT . Cette nouvelle affaire révélant une fois de plus les dangers des lignes THT va peut-être inspirer les responsables professionnels de la Chambre d'Agriculture et la FDSEA de la Manche atteints comme ces exploitants corréziens, mais pas pour les mêmes raisons, de surdité voire de myopie et de torpeur dans la défense des intérêts de l'agriculture manchoise face au projet Cotentin Maine. Conséquence sans doute d'un fric-otage trop magnétique avec RTE. Nous leur dédions l'histoire dramatique de ces éleveurs :

video


A découvrir également ce reportage sur Europe 1 :


Ligne à très haute tension: RTE condamné à verser 390.648 € à des éleveurs

TULLE - Le gestionnaire du réseau français de transport d'électricité RTE a été condamné à Tulle à verser 390.648 euros pour le préjudice subi par une exploitation agricole implantée le long d'une ligne à très haute tension, a-t-on appris jeudi auprès de l'avocat des éleveurs.

Dans un jugement du 28 octobre, le juge de l'expropriation du tribunal de grande instance de Tulle a condamné RTE à "l'indemnisation du préjudice direct, matériel et certain" subi par le groupement agricole d'exploitationsen commun (GAEC) Marcouyoux, "du fait des dommages imputables à la ligne à très haute tension surplombant l'exploitation", située à Latronche (Corrèze).

RTE n'a pas souhaité indiquer s'il fera ou non appel de cette décision.

Installée depuis 1943, la ligne à haute tension avait été augmentée à 400.000 volts en 1964 pour devenir en 1990 une ligne à très haute tension (supérieure ou égale à 400.000 volts). L'exploitation agricole, créée en 1974, s'étend sur 30 ha, tout au long de la ligne à très haute tension.

Le GAEC, spécialisé dans l'élevage bovin et porcin, avait rapidement constaté des problèmes sanitaires affectant ses troupeaux mais ce n'est qu'en 1998 que le directeur du groupement corrézien de défense sanitaire conclut à la surexposition des animaux aux champs électromagnétiques.

"La Chambre d'agriculture et les services départementaux s'en sont mêlés, écartant la source infectieuse liée à la mort des vaches", a indiqué l'avocat du GAEC, Me Philippe Caetano.

Le jugement, dont l'AFP a obtenu une copie, rapporte que "la maternité porcine a été arrêtée en raison d'un taux de natalité anormalement bas et d'un taux de mortalité infantile élevé", que "le hangar de stabulation accueille des génisses chétives souffrant pour partie d'hémorragies ou d'avortements inexpliqués" et que "10% du lait est perdu" en raison de maladies digestives ou génitales subies par les vaches.

(©AFP / 13 novembre 2008 19h40)

(Photo AFP : La famille Marcouyoux. La ligne à très haute tension a été reconnue responsable des troubles de leurs animaux)

samedi 1 novembre 2008

Chèvreville irrévérencieux

Pour éviter d'éventuelles futures chutes de câble THT, nos spécialistes de l'Association THT Touche Pas A Chèvreville ont imaginé un modèle de pylône "révérence" Celui-ci permettrait sans aucun doute aux agents RTE d'intervenir plus facilement en cas de rupture de ligne.

Pour une meilleure intégration paysagère et réduire les effets des champs électromagnétiques sur l'activité agricole, notre laboratoire a également imaginé le pylone "Vaca" (latin signifiant vache.) Idéal à proximité des exploitations agricoles, ce type de pylône aurait l'avantage de se fondre dans le paysage agricole, et de témoigner du modernisme vache de RTE.